THE INDISPENSABLE GENE VINCENT

VOL. 2 / 1958 – 1962
FREMEAUX & ASSOCIESthe indispensable gene vincent 2015
Après le volume 1 qui retraçait la fabuleuse épopée de Gene Vincent allant de 56 à 58, période Blue Caps avec les merveilleux Cliff Gallup et Dickie Harrell, et des standards incontournables et immortels tels que ‘Be Bop A Lula’, ‘Race With The Devil’, ‘Blue Jean Bop’, ‘Woman Love’…
Le label Frémeaux & Associés, avec la précieuse complicité de Bruno Blum, nous présente le volume 2, allant de 1958 à 1962. Vincent Eugène Craddock, né le 11 février 1935 à Norfolk (Virginie), plus connu sous le nom de Gene Vincent, est certainement, avec Roy Orbison, la plus belle voix de toute l’histoire du rock ‘n’ roll, à la fois envoûtante, poignante et juvénile, avec un vibrato hors du commun et d’une sensibilité rare. Par son organe vocal, Gene pouvait aisément déclencher l’hystérie collective, des bastons générales, mais aussi faire couler des larmes sur les blousons de cuir…
Gene était l’antithèse d’Elvis Presley, il mettait en exergue tout ce que le rock ‘n’ roll représente de plus obscur, de plus dangereux. A l’instar de Vince Taylor, il était l’archétype du rocker maudit, à la fois ange et démon. Certains évoquent même en parlant de Gene, le perdant magnifique, voire le loser. Miné par les drogues, le désespoir, l’alcool, ses déboires conjugaux et cette satanée jambe qui le faisait atrocement souffrir, Gene Vincent nous quitta prématurément en 1971 en Californie, laissant derrière lui un héritage discographique considérable et une légende en France et en Angleterre qui perdure toujours aujourd’hui.
Dans les sixties, des artistes comme Eddy Mitchell, Moustique, Dick Rivers et les Chats Sauvages, Vic Laurens et les Vautours… lui vouaient un véritable culte et un respect sans bornes. Et encore aujourd’hui, le groupe de punk-rock La Souris Déglinguée lui rend hommage dans son dernier album, avec le titre ‘J’aimerais Toujours Cette Musique’. Replongez-vous sans retenue dans la suite de l’œuvre sublime et indispensable de Gene Vincent, qui donne avec sincérité et authenticité la meilleure définition du rock ‘n’ roll.
Serge Sciboz
paru dans le n° 40 de la revue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.