MANNISH BOYS

WRAPPED UP AND READY
DELTA GROOVE MANNISH BOYS WRAPPED UP AND READY

chez Delta Groove, voici une nouvelle plongée dans le miel des miels de la note afro- américaine. Une galette qui en ces temps incertains, vous engendrera vraiment un bonheur au quotidien. Un album à consommer sans modération, et à se passer en boucle, sans avoir peur de réveiller les voisins! Je ne vais pas ici refaire les présentations des Mannish Boys, groupe phare de l’harmoniciste Andy Chortkoff.
Ce combo aux membres interchangeables, tel les Mississippi Heat, est un must du blues californien depuis des lustres. Il réunit les meilleurs musiciens du label Delta Groove. Sur ce Wrapped Up And Ready, septième album du band chez Chortkoff, et dernier en date, les chantres sont féconds. Coté interprétation, Sugaray Rayfordd mène le chant. Kirk Fletcher et l’ex guitariste de BBB, le français Frank Goldwasser sont aux guitares. Le grand Willie J Campbell tripote la basse, et Jimi Bott tape sur les tambours. Puis comme d’habitude, une pléiade de stars, sont invités. Je n’énumérerais ici que les plus connus: Candye Kane, Bob Corritore, Kim Wilson, Monster Mike Welch, Kid Ramos… Les quinze autres, vous trouverez leurs noms sur la pochette. Bien sur le succulent pianiste Fred Kaplan, est présent sur pratiquement toutes les chansons. Bill Stuve bassiste d’exception complète le tableau. Mais autre surprise, sur le swinguant « Everythings Alright » l’apparition du français Nicolas Duportal. Une grosse reconnaissance quelque part pour le frenchy. Coté contenu, on navigue ici, sur une orgie d’ambiances, qui vont du plus pur des blues californiens au meilleur des Chicago blues. Un tsunami de notes bleues foncées qui glacent le dos, et font dresser les poils des avants bras. Sur « I idolize You » chanté par Candye Kane, et sur « Can’t Make a livin » interprété par Trenda Fox l’émotion est à son comble. Écoutez: « I have love » ou Bob Corritore pose ses harmonicas. Savourez « I was Fun » ou chante Steve Freund, voir “You better Watch yourself” en plage huit. Tous ces morceaux valent leur pesant d’or. Ces Mannish Boys et leurs invités têtes de gondole, soit vous tirent presque les larmes soit vous font exploser la santiag. Une interprétation monumentale, et on ne peut plus fluide, pour un disque d’exception, terriblement attachant et obligatoire !
Joel Bizon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.