Leadfoot Rivet

Leadfoot RivetONE NIGHT ON THE ROAD LIVE
DIXIEFROG /HARMONIA MUNDI

Vieux soutier de la scène blues hexagonale, Leadfoot Rivet est aussi l’un des rares à être reconnu par ses collègues ricains … n’en déplaise à certains. Harmoniciste, producteur, animateur radio, compositeur, tourneur, quelque que soit sa casquette, ce personnage se caractérise aussi par une voix puissante mais néanmoins gorgée de feeling. Ce Live capté lors d’un concert au Ziquodrome de Compiègne en 2009 dévoile un band au meilleur de sa forme, car c’est bien sur scène que ce chanteur donne sa pleine mesure. Le groupe ouvre les hostilités avec « Funny Bone », un instrumental de Freddie King, pour une excellente mise en bouche. Au rayon des compositions (3 titres sur 9), Pat Boudot-Lamot se révèle en maitre de la slide sur « Shevedaddy Song ». Les reprises éclectiques nous offrent un captivant voyage à travers les States. A la guitare, le guitariste booste à la slide le « Between A Woman & A Man » d’Eric Bibb. La troupe nous expédie en Louisiane avec « Why Are People Like That ? », standard de Bobby Charles délivré ici dans une forme folkbluesy éloignée de l’originale et une dominance de claviers de Slim « Le Sioux » Batteux. La voix puissante et a cappella de Leadfoot Rivet fait merveille sur « Swing Dat Hammer », un gospel d’Hall Johnson transformé en un mélange de chanson de prisonnier et de work song par Harry Belafonte. Impressionnant ! Un petit coup de soul avec « Part Time Love » compo de Clay Hammond popularisée par Little Johnny Taylor. On appréciera l’intro parlée … tout un programme ! Si le chanteur est épaulé ici d’accompagnateurs fidèles (Chris Mellies à la basse, Vincent Deaune aux futs, et les deux précités), d’où la bonne cohésion, la cerise sur le gâteau résulte de l’apport du guitariste Amos Garrett sur les deux derniers titres. Le feeling du guitariste américain et la voix du chanteur font merveille sur le « The Road To Cairo » du songwriter David Ackles. On peut se demander pourquoi un tel titre ne connaitra qu’un succès moyen, malgré la reprise de Julie Driscoll et Brian Auger en Europe. Rivet et son band nous offre ici une prestation pleine de fougue, enthousiaste et sans imposture. On notera également l’élégance du digipack en quatre volets.

Le Kingbee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.