JUAN BOURBON, JUAN SCOTCH & JUAN BEER

Second Floor
Labourboneta Records juan bourbon, juan scotch & juan beer
Méconnu dans l’Hexagone, ce combo au nom plein d’humour, nous vient de Madrid. On se demande pourquoi certains n’ont pas pensé avant à un tel patronyme. En dehors du nom, l’habit ne faisant pas le moine, il y a aussi le contenu et celui-ci s’annonce plus que réjouissant. Oh !
bien sûr, les éternels insatisfaits pourront toujours faire la fine bouche, prétextant que sur 11 titres on trouve 100% de reprises, argumentation fruste, qui n’a aucune incidence sur la qualité de ces 11 petites perles. Nos trois Juan sont en fait un quatuor emmené par Curro Serrano (guitare), Coke Santos (batterie), Diego De La Torre (basse) et de l’excellent Quique Gómez à l’harmonica. Le groupe, épaulé par une excellente section cuivre (sax, trompette et trombone), peut aussi compter sur une troupe de choristes The Juanita & The Juaneters qui amène juste ce qu’il faut de folie et de fantaisie. Pour ne pas faire de jaloux, n’oublions pas Antonio Serrano à l’harmonica chromatique sur le mélancolique «Don’t Give Me The Run Around». La formation nous délivre un voyage initiatique à travers une partie de l’Amérique (Chicago, West Coast et Louisiane).
A travers ces reprises, qui servent d’escales, nous retrouvons de grands noms du Blues: T-Bone Walker, Louis Jordan, Johnny Guitar Watson, Jimmie Lee Robinson, Jimmy Rogers qui se taille la part du lion avec trois titres repris, Clifton Chenier. Loin de rester les deux pieds dans le même sabot, nos Juan bifurquent sur une reprise succulente de Percy Mayfield («Walking On A Tight Rope», un mambo «They Were Doing The Mambo» jadis immortalisé par le trompettiste Vaughn Monroe, Joe Liggins et le duo Homer & Jethro et enfin un hit de Cyndi Lauper «Girls Just Wanna Have Fun». Il semble ardu de ressortir un titre plus qu’un autre, l’originalité et la joie qui émanent de ces reprises parfois inattendues font de cet opus un cd vivement conseillé. Son vintage, entrain et bonne humeur garantis.
Le KingBee
paru dans le n° 29 (2012)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.