JAMES HARMAN

Bonetime
Electro Fi james harman bonetime

James Harman est une valeur sûre du blues californien. Harmoniciste capable d’aller de Little Walter à George Smith (ce dernier aura permis une véritable éclosion d’harmonicistes) en passant par le Jump Blues, preuve qu’Harman dispose une énorme palette.
On retrouve du beau monde pour le seconder : Kid Ramos, Kirk Fletcher, Junior Watson, Jeff Tunes ou Nathan James aux guitares, son fidèle complice Gene Taylor au piano, le batteur Alan West, Mike Tempo aux percussions et batterie et à la basse Buddy Clark. Il ouvre le bal avec «Bonetime», un Jump Blues en perpétuel mouvement flirtant avec le West Coast Blues bien groovy et dans lequel Junior Watson et Kirk Fletcher se montrent incisifs. «The World’s Badluckest» est une véritable invitation à la fête, le jeu de piano de Gene Taylor y est pour quelque chose, s’ensuit l’énergique «Ain’t It Crazy», du West Coast Blues sonnant downhome blues, avec un son âpre et la guitare slide de Jeff Tunes et dans lequel le jeu d’harmonica apporte une coloration roots. «Coldfront Woman» est le prototype de blues lent qui faisait fureur dans les clubs huppés.
Retour au blues rural des années 50 avec «Big Bonned Gal» avec un excellent Kid Ramos à la guitare qui injecte une authenticité rare qui respire bon le lowdown blues. James Harman nous offre avec «Bad Feets/Bad Hair» du Jump Blues mêlant West Coast et Texas Blues, un titre rempli d’entrain avec de bons breaks de guitare de Kirk Fletcher pour un cocktail musical explosif toujours au bord de la rupture, un pur régal! «Blue Stretchmark Tattoo», un blues sautillant diffuse un petit côté Rockin’ Blues grâce aux efforts conjugués de Nathan James et de James Harman, l’harmonica se fait aussi poisseux que subtil. «Yo’ Family» marque un retour aux sources du blues avec un Nathan James remarquable tandis que le phrasé d’harmonica rappelle celui du regretté Walter Horton. Le limpide «Leavin Fire» donne l’impression de réentendre les duos harmonica/guitare qui sévirent et firent la gloire du blues des années 40.
James Harman nous offre avec «Skit» de l’Elmore James pur jus, le jeu d’harmo renvoie vers celui de Sonny Boy Williamson. L’harmoniciste clôt son album avec le semi acoustique «The Clock Is Tickin» qui prend des allures à la «Mystery Train» de Junior Parker, cela fleure bon le blues de Memphis des années 50, avec Nathan James à la guitare, Mike Tempo aux percussions et bien sur James Harman à l’harmonica qui nous offre un vrai festival proche de l’esprit Sun Records.
Cet album dévoile le James Harman que l’on aime, le chanteur opiniâtre et volontaire, bien servi par une rythmique solide malgré les changements de personnels. Seule petite frustration, James Harman semble parfois s’économiser à l’harmonica, dommage car ses passages sont tonitruants. Un cd de grande qualité avec des variantes qui évitent toute morosité au niveau de la ligne musicale. On ressent ici une vraie authenticité, comme un hommage aux anciennes gloires du blues.
Henri Mayoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.